On remarque de nos jours, avec la mondialisation importante dans le monde du jeu vidéo, que durant les années 80-90, nombre de jeux ont eu un rendu visuel différent selon les pays, afin de convenir avec le marché, les mœurs, la mode... Faire ce genre de modifications visuelles de nos jours seraient presque impensable sur les consoles de salon current gen: imaginez, par exemple, qu'au Japon on ait eu Devil May Cry tel qu'on le connaît, et qu'en Europe on se retrouve avec un jeu orienté mythologie grecque avec combats à l'épée et magies diverses... Oui, en quelque sorte que DMC soit God of War pour les européens! On peut aller plus loin: prenez la série phare du jeu vidéo de ces dernières années, Call of Duty. Modern Warfare ferait un carton en Amérique du Nord sous l'aspect qu'on lui connaît actuellement, mais pour le marché nippon, Activision aurait réussi à lui glisser la licence "Ghost in the Shell", plus parlante pour le joueur de l'archipel. Improbable hein?!

alt

L'affrontement final peut commencer!

Dans ce petit dossier, nous allons revenir quelques années en arrière pour prouver qu'à l'époque, on ne se grattait pas pour changer l'atmosphère d'un jeu pour qu'il convienne au marché d'un autre pays.


Années 80, l'arcade bat son plein

Ah, les années 80... Ce fut l'âge d'or du jeu sur bornes, avec une avancée technologique énorme en 10 ans, passant de jeux comme Pac-Man ou Space Invaders aux graphismes simples et à la répétitivité visible (mais ces jeux restent malgré tout d'excellents jeux) à des bornes dédiées rendant l'immersion importante, comme la borne du très bon Hang-On, en passant par les jeux sur Laserdisc comme Road Blaster. A cette époque, le développement de jeux sur ce support était en pleine expansion, les salles d'arcade étaient enfumées et noires de monde, tout le contraire d'aujourd'hui (sauf peut-être au Japon, mais l'intérêt des joueurs a diminué depuis cette époque), ce qui entraînait des sorties régulières de jeux, mais également des contre-façons (que l'on appelle des bootlegs)...

Bref, revenons-en à nos moutons. L'arcade est populaire dans le monde entier, car permettant d'avoir des graphismes et une jouabilité que l'on ne retrouvait pas sur consoles de salon. D'excellents jeux sortent, dont notamment un jeu sur une licence phare du support au Japon mais inconnue dans le reste du monde: Kunio-kun, avec Nekketsu Kouha Kunio-kun, un beat'em all sorti par Technos en 1986. Ce jeu fut un énorme succès au pays du Soleil Levant grâce à sa jouabilité à 3 boutons (un pour sauter, un pour donner des coups à droite et l'autre pour en donner à gauche), ce qui était assez rare pour l'époque, mais aussi pour son ambiance proche de la culture populaire. En effet, vous incarnez un jeune voyou japonais, que l'on connaît sous le nom de "zoku" ou "bosozoku", répondant au nom de Kunio, et votre but est de venger vos amis qui ont été tabassés par divers gangs du coin. Pas besoin de plus pour faire de ce jeu un hit de l'arcade et du jeu vidéo en général.

alt

Si tout ce que je viens de vous dire vous est totalement inconnu, c'est soit parce que vous ne vous intéressez pas trop aux jeux des années 80 ou que vous n'êtes pas un spécialiste de l'import (ou les deux), car ce jeu est bien sorti en Europe et en Amérique du Nord, c'est juste que l'enrobage fut totalement différent pour que le public occidental puisse s'y retrouver. Oubliez donc les coupes brushinguées, les tenues de lycéens et les kanjis, et bonjour les tags sur le métro, les jean's et les coupes au bol dans Renegade, sorti la même année par Taito. Le principe reste le même, mais le design des niveaux, des persos et des ennemis rappellent un peu le film "The Warriors" de Walter Hill, sorti en 1979.

alt

Cet épisode de la série des Kunio-kun n'est pas le seul à avoir subi la localisation pour l'Occident, car le jeu de foot sorti sur NES que nous connaissons chez nous sous le nom Nintendo World Cup est également un jeu estampillé Kunio-kun, connu au Japon sous le nom Kunio Kun no Nekketsu Soccer League, je vous laisse découvrir ces deux jeux de sport orientés fun absolu.


Les jeux sur consoles s'y mettent

Après une partie arcade, il fallait s'attendre à ce que ce phénomène de localisation s'étende au monde du jeu sur console. Et ça a commencé très tôt, souvent pour que des jeux dérivés de séries populaires au Japon sortent en Occident, bref, le même syndrome que pour ce qui de l'arcade. Prenons par exemple la série des Hokuto no Ken. Rassurez vous, je ne vais pas radoter avec le test du Joueur du Grenier et son Last Battle, le sujet a été traité bon nombre de fois sur le Net depuis cette vidéo, donc on va parler d'un autre jeu de la série, avec le simplement nommé Hokuto no Ken sorti par SEGA sur Mark III en 1986. Dans ce jeu d'action en 2D, vous incarnez le héros du célèbre animé qui va devoir se battre contre une horde de super-vilains dans un univers apocalyptique plongé dans la pénombre... N'étant pas un fin connaisseur de l'animé et du manga, je vous laisse le soin de vous replonger dans l'univers de cette icône, vous trouverez sans doute le pourquoi du comment.

alt

Et bien pour les petits gens de chez SEGA, il faut croire que cette série n'était pas assez populaire dans nos contrées pour sortir tel quel, car il n'est pas disponible sur nos 8-bits de la marque au hérisson. Non, je plaisante! Après avoir joué à quelques niveaux de ce jeu, on peut comprendre la raison d'une localisation: le jeu fait une surenchère de la violence, avec des ennemis qui se désintègrent après s'être pris un coup de poing ou de pied en pleine tronche.

C'est pourquoi le jeu est sorti chez nous sous le nom de Black Belt en 1986 sur Master System. Pour cette version, on oublie le héros musclé nippon, et on passe à un Chuck Norris d'une trentaine d'année qui se trimbale au pied de la Grande Muraille de Chine en kimono pour défoncer des sosies de Karnov ayant perdu une cinquantaine de kilos. On se retrouve devant un jeu d'action 2D où on tape sur des super-vilains qui se désintègrent au moindre coup de poing ou de pied... Mouais, c'est décidément pas pour la violence que le jeu a subi la localisation dans nos contrées. Faut croire que la série n'était vraiment pas assez populaire... Bref, le jeu n'est pas mauvais, moins dur que l'original mais aussi moins charismatique. Vous pouvez bien sûr tester pour vous faire votre propre idée sur la question.

alt


Même les ordinateurs y ont le droit!

On a vu les jeux sur borne d'arcade, les jeux sur consoles, il ne manque plus que de parler des jeux sur ordinateurs. Et là, on a encore quelques spécimens à étudier.

Titus, société française de jeux vidéo qui a connu ses heures de gloire dans la première partie des années 90, avec les épisodes de la série Crazy Cars, Dick Tracy ou les deux Prehistorik, mais qui est également responsable de jeux moyens comme Roadsters, Superman 64 ou encore le Robocop de 2003 sur PC. Si je vous parle de cette société, c'est pour prouver qu'il n'y a pas qu'avec les jeux japonais que la localisation se fait.


Quand on vous parle de la société Titus, vous pensez tout de suite à sa mascotte le renard, Titus the Fox. En 1992, la société va sortir une des aventures de son héros, tout simplement nommée Titus the Fox: To Marrakech and Back. Il s'agit d'un jeu de plate-forme où vous incarnez le félin Titus qui doit aller sauver sa petite amie Suzy qui a été enlevé bien après le Sahara... A vous donc de partir à sa recherche. Le jeu dispose d'une prise en main intéressante, l'aspect graphique est pas trop mauvais et les musiques... prennent la tête.

alt

Cependant, ce jeu ne vous dit peut-être pas grand chose, sauf si vous êtes un fan de la série ou des jeux de plate-forme. Sans doute parce que quelques mois avant la sortie de ce jeu, la version française de ce jeu est sortie dans nos contrées. Et alors? Titus est aussi connu chez nous, pourquoi parler d'une autre version? Tout simplement parce que chez nous, on a eu le droit à une licence populaire, que seul nous pouvons connaître, faisant parti de notre culture populaire, qu'on le veuille ou non. Vous vous souvenez de cette musique?


Et oui, pour la version française de ce jeu, on a eu le droit à LA licence du siècle, Vincent Lagaf' et sa musique "La Zoubida", pour donner le jeu Lagaf: Les Aventures de Moktar - Vol 1: La Zoubida (ouf!). Sous ce nom à rallonge se cache un jeu presque identique à celui présenter précédemment (faut dire que Titus the Fox est la version internationale de ce jeu), sauf que le félin est remplacé par Moktar, l'un des personnages de la musique du présentateur de TF1, qui doit aller sauver Zoubida, qui s'est fait enlevée et emmenée loin après le Sahara... Le principe est donc aussi simple que celui de son clone international. Pas de quoi crier au scandale, sauf si on a acheté les deux jeux à leur sortie; d'un côté, fallait regarder derrière la boîte (comme ça se faisait dans le temps) pour éviter ce désagrément.

alt

Aller plus loin

Je n'ai traité qu'une petite partie des jeux qui ont subi la localisation dans ce dossier. Si vous voulez voir d'autres spécimens de ce genre, sachez que toutes la série (ou presque) des jeux Kunio-kun sont disponibles en version occidentale «occidentalisée», les jeux de l'animé de toute une génération «Captain Tsubasa» dont le jeu éponyme sur Famicom est retranscrit pour nous dans Tecmo Cup: Soccer Game sur NES... Les années 80-90 sont riches d'exemples, que je vous invite à chercher pour votre propre culture, et aussi pour pouvoir vous la raconter devant les potes et sur les forums.


bigvilo


Voici toutes les roms des jeux cités dans ce dossier, que vous pouvez prendre chez notre partenaire GameTronik.

Nekketsu Kouha Kunio-kun: http://www.gametronik.com/site/fiche/FBA/Nekketsu%2520Kouha%2520Kunio-kun/

Renegade: http://www.gametronik.com/site/fiche/FBA/Renegade/

Nintendo World Cup: http://www.gametronik.com/site/fiche/nines/Nintendo%2520World%2520Cup%2520%2528Europe%2529/

Kunio-kun no Nekketsu Soccer League: http://www.gametronik.com/site/fiche/nines/Kunio-kun%2520no%2520Nekketsu%2520Soccer%2520League%2520%2528Japan%2529/

Hokuto no Ken: http://www.gametronik.com/site/fiche/nisms/Hokuto%2520no%2520Ken%2520%2528Japan%2529/

Black Belt: http://www.gametronik.com/site/fiche/nisms/Black%2520Belt%2520%2528USA%252C%2520Europe%2529/

Titus the Fox: To Marrakech and Back: http://www.gametronik.com/site/fiche/abandonware_plate-forme/Titus%2520the%2520Fox%2520-%2520To%2520Marrakech%2520and%2520Back/

Lagaf: Les Aventures de Moktar - Vol 1: La Zoubida: http://www.gametronik.com/site/fiche/abandonware_plate-forme/Les%2520Aventures%2520de%2520Moktar/

Captain Tsubasa: http://www.gametronik.com/site/fiche/nes_famicom/Captain%2520Tsubasa/

Tecmo Cup - Soccer Game: http://www.gametronik.com/site/fiche/nes_famicom/Tecmo%2520Cup%2520-%2520Soccer%2520Game/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad