Éditeur : LJN

Année : 1990

Support : Nintendo NES

Aaaaah, LJN... Si vous êtes un(e) habitué(e) du coin, vous connaissez sans doute pas mal de jeux de cet éditeur qui a sévi, notamment sur les consoles Nintendo, à la fin des années 80 – début des années 90, avec notamment des adaptations sur NES de jeux et Megadrive de jeux de héros Marvel ou des jeux de catch issus de la fédération WWF. Si les jeux de catch étaient plutôt de bonne qualité mais bien souvent trop proches dans leur contenu et leur prise en main, les jeux des stars du comic US n'ont pas forcément eu la même application dans le contrôle qualité avant leurs sorties. On peut citer par exemple A Nightmare on Elm Street, The Uncanny X-Men et je vous rajoute pour le fun du Terminator 2 : Judgement Day et du Back to the Future, Tous reconnus pour être des jeux de piètre qualité (en plus d'être de mauvaise adaptation de licences connues).

Et Franck Castle, aka The Punisher, personnage badass par excellence dans l'univers des super-héros américain, n'échappera pas à son adaptation qui aurait mieux fait de ne pas voir le jour. Sorti sur NES sous le nom de The Punisher, tout simplement.

The Punisher est un rail shooter sorti sur Nintendo NES en 1990. Dans une ville de New York emprunte au chaos et à la délinquance, Franck Castle part en croisade contre les têtes pensantes de l'organisation du crime dans la ville, avec son arme à feu et son courage. Il faudra se montrer rapide et malin pour économiser sa santé et les munitions de ses armes à feu, tout en éliminant les plus de vilains sbires possible.

Graphiquement, le jeu tient un minimum la barre. Même si aux premiers coups d’œil, certains niveaux en extérieur peuvent paraître très brouillon, avec des sprites de couleurs et pas forcément très jolis qui sont posés ça et là sur un fond noir ou foncé, finalement peu lisible. Mais sinon, le jeu affiche de nombreux sprites et pas mal de détails dans les décors, qui peuvent parfois être destructibles. Par contre, les ennemis ne sont pas très variés, même lorsque l'on va dans de nouveaux niveaux : on recroise toujours les mêmes militaires en treillis qui courent ou non, les loubards avec leur grenouillère bleue saillante, les mêmes affranchis avec leur costume violet... Les développeurs ne se sont même pas cassés la tête à faire du swap color pour dire qu'on était dans une autre zone ou qu'ils sont plus forts que dans le précédent niveau.

Au début, jouant sur émulateur, je pensais à un bug du jeu, une version mal émulée ou autre. Mais en fait non : durant le jeu, il n'y a pas de musique ! Ou alors très très peu : on en a une quand on attend un peu à l'écran-titre, une à l'écran de sélection des niveaux et pendant le petit speetch avant d'accéder à la zone, une quand on croise un jazzman dans un niveau (et juste le temps qu'il reste sur l'écran), et après, on reste seul face aux bruits des tirs de notre arme et de celles des ennemis (avec de temps en temps un petit bruitage pour un truc qu'on casse ou une chute d'un étage d'un ennemi). Il vaut parfois mieux ne pas avoir de musiques sur certains titres pour éviter de sentir le sang couler de ses tympans, mais un petit truc histoire de donner un peu plus de vie et surtout recouvrir un peu ces horribles bruitages de tirs aurait pu être du plus bel effet. Ou peut-être pas, si c'est de la même qualité que ces fameux bruits de fusil...

Une prise en main assez simple pour The Punisher : A permet de tirer avec son arme principale (par défaut, un Uzi, mais ça peut changer selon les objets que vous ramassez en cours de route), B permet de lancer des grenades et la croix directionnelle permet de déplacer Franck en bas de l'écran et de déplacer son viseur. L'esquive se fait donc en même temps que la visée, qui est assez lente et ne permet pas souvent d'esquiver un tir qui arrive plus rapidement que nos déplacements ; alors si en plus on était concentré à essayer d'éliminer des ennemis qui nous tirent dessus depuis un petit moment... Les tirs répondent bien et sont assez précis (faut pas non plus s'attendre à une précision comme sur un rail shooter ou un FPS des années 2000), une fois qu'on tombe à une munition, on ne peut plus tirer en automatique mais au coup par coup. Par contre c'est dommage que les grenades ne partent que devant nous à la verticale et ne puissent pas aller dans la direction du viseur de l'arme. Gros souci bien plus important que ce qui vient d'être cité et ayant une position importante dans un rail shooter : la vitesse de défilement. Elle est très lente et impossible à accélérer, tellement qu'elle casse bien souvent l'action car on peut rester plus de dix secondes sans avoir d'ennemis à l'écran si on anticipe l'arrivée des ennemis depuis la droite (où ils arrivent bien souvent). Bienvenue dans l'avancée de l'ennui dans les jeux vidéo selon LJN...

On peut trouver différents items au cours du jeu, il faudra tout de même dépenser quelques munitions en tirant sur les éléments du décor pour faire apparaître lesdits items. On trouvera le fusil d'assaut, qui tire plus rapidement, des grenades supplémentaires, des munitions pour notre arme principale, de la santé ou encore de l'upgrade de barre de vie (très utile pour tenir contre les boss). Des upgrades bien sympa, mais c'est juste dommage que l'augmentation de la barre de vie ne reste pas quand on a battu un boss et qu'on passe à une zone différente, même si on n'a pas perdu de vie. A noter qu'on peut obtenir quelques bonus sympa (augmentation du nombre maximum de grenades, vie supplémentaires...) en fonction du pourcentage d'ennemis abattus dans un niveau.

Pour ce qui est de l'histoire, elle ne vole pas bien haut, mais il reste dans l'esprit du comic : Franck Castle est le Punisher, ce justicier new-yorkais qui sort dans les rues de sa ville pour faire cesser les activités des barons du crime. Note par rapport au personnage présent dans le comic : ici, Franck est un détective, alors que dans la bande dessinée, il s'agit d'un ancien Marine américain qui a servi lors de la guerre du Vietnam. Il faudrait m'expliquer l'intérêt de ce changement de CV pour un personnage assez connu de la culture populaire. Pardon ? LJN se torche avec ce genre de choses ? Très bien !

Pour le déroulement du scénario, Franck pourra choisir selon l'ordre qu'il veut ou presque (Kingpin ne peut être affronter qu'une fois tous les autres boss battus) pour l'affrontement des six boss du jeu, qu'on rencontrera après avoir fait deux niveaux en mode rail shooter pour se retrouver avec un face-à-face sur un plan fixe. Et une fois le boss battu, on passe à la zone suivante, et ainsi de suite jusqu'à la dernière, pour affronter le fameux Kingpin.

La difficulté des niveaux varie du normal au difficile. Tout d'abord, ça dépend du nombre d'ennemis qui apparaît à l'écran sur certains endroits d'un niveau (on peut parfois se retrouver avec plus de six ennemis en même temps!) de la méthode qu'il faut pour éliminer un boss lorsqu'on y arrive (face-à-face presque statique, combat dynamique, mix des deux...), mais également de la capacité d'anticiper les tirs ennemis pour se déplacer et esquiver les tirs. Car l'esquive, caractérisée par les déplacements du héros et surtout de son réticule de visée, est très lente comme je l'ai dit dans un paragraphe plus haut, ce qui fait qu'on se prend énormément de tirs qui sembleraient presque inoffensifs et qu'on perd bien souvent de la vie, surtout quand on commence à être ric-rac sur les munitions et qu'on ne peut pas s'amuser à tirer sur tous les éléments de décors pour essayer de trouver de la vie (ou des munitions pour en chercher, bref, on peut tourner en rond). Les boss des trois premiers niveaux affichés lors du démarrage sont accessibles avec une barre de vie boostée et quelques grenades, par contre ça se corse pour les suivants, où un peu d'expérience est recommandée pour s'en sortir sans trop de dégâts.

Le jeu utilisant un scrolling automatique, la durée de vie maximale du jeu est toujours identique, puisque même quand on perd une vie on respawn tout de suite dans la continuité de l'action on ne revient pas au début du niveau ou à un checkpoint). Le jeu peut donc se terminer en environ une heure, selon si vous faites durer le plaisir sur les différents boss, une durée de vie honnête pour un jeu de NES, d'autant plus qu'il faudra un peu d’entraînement pour arriver à atteindre le boss final.

Verdict : The Punisher est venu pour vous punir d'avoir voulu vous ennuyer sur son propre jeu !

bigvilo

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Nintendo NES chez notre partenaire 

Émulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/nes_famicom/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/nines/Punisher%252C%2520The%2520%2528USA%2529/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad