Éditeur : Sofel

Année : 1991

Support : Gameboy


Qui n'a jamais rêvé de vivre dans l'océan ? Bon, pas grand monde je sais, mais il fallait bien une phrase d'accroche pour commencer ce nouveau test. Et niveau océan, on est gâté dans le jeu vidéo : Ecco the Dolphin, la démo technique de la Playstation avec la raie manta, Endless Ocean, plus récemment Aquanaut Holiday, et surtout tous ces p*tains de niveaux aquatiques dans les jeux de l'époque 2D, qui laissent un souvenir gravé dans la peau au fer blanc de tous les joueurs qui ont connu ses douloureux passages sur leur tube cathodique. Et je ne vous parle même pas des mauvais jeux à foison qu'on a pu voir au cours des décennies (avec Aquaman sur Gamecube en fer de lance)...

Mais aujourd'hui, faisons table rase de tous ces jeux, tous ces moments frustrants et même de tout ce qu'on connaît sur l'eau salée, pour s'intéresser à la vie de l'océan en elle-même. Qu'est-ce qu'il y a dans les océans ? Des poissons bien évidemment, mais également la chaîne alimentaire, implacable et terrible comme sur terre. Le jeu d'aujourd'hui nous arrive d'un pays où le poisson est une des denrées principales de la population (et sans faire aucun amalgame raciste) : le Japon. Le thon rouge, la baleine, les dauphins... Je caricature trop ? Bref, connaissant le vif intérêt pour les espèces aquatiques qu'on les pêcheurs du coin, il fallait s'attendre à ce qu'un petit studio nippon sorti de nulle part et nommé Towaciki, sorte un jeu sur la chaîne alimentaire aquatique, nommé Fish Dude.


Fish Dude (Uoozu au Japon) est une simulation de vie de poisson sorti en 1991 sur Gameboy. Enfin, de vie de poisson... Quand on est dans le jeu, on ressemble à un poisson, mais si on regarde la boite, son arrière et même l'étiquette de la cartouche, on serait en fait un dauphin, et un dauphin c'est un mammifère. Bref, le but est d'avaler 20 poissons dans un niveau sans se faire manger, pour devenir plus grand et plus fort et manger des poissons encore plus gros.


Vous l'avez peut-être remarqué avec le screen juste au dessus, la jaquette du jeu et avec ma petite intervention du précédent paragraphe, on doit incarner Fish Dude, un dauphin, et donc pas un poisson. Alors pourquoi quand on joue, on incarne un poisson, noir qui plus est ?! Je sais que jusqu'au milieu voir la fin des années 90, les amalgames notamment dans le jeu vidéo étaient légions, mais il ne faut pas aller plus loin que la grande section de maternelle pour savoir qu'un dauphin, ce n'est pas un poisson. Bref, passons ce point, il n'y a plus rien à faire maintenant.

Capacités de la console oblige, le jeu est assez dépouillé : on se doute que l'on est dans un milieu marin grâce à la ligne d'eau qu'on voit en haut de l'aire de jeu, des poissons qui se baladent à côté de nous et de quelques pierres rocheuses qui sont suspendues au milieu de l'écran. Sur les différents niveaux du jeu, seul varie légèrement le bestiaire, ainsi que la taille de votre "poisson". C'est donc très épuré, il faudra laisser une part belle à votre imagination. A part ça, c'est toujours sympa de voir quelques petits trucs à moitié cachés, comme le bateau de pirate à tête de chat ou un plongeur qui cherche son chemin.

 

Pour ce qui est de la musique du jeu, elle est extrêmement agressive pour un jeu qui devrait se passer sous l'eau, là où le calme règne en maître. On se retrouve avec une musique très speed, quel que soit le niveau. On baissera donc volontiers le volume de la console, surtout que les bruitages d'ingurgitation de poissons ne ressemble à pas grand chose de connu (à part peut-être à quelqu'un en train de se noyer et qui essaie d'appeler à l'aide... sympa).


Se déplacer et interagir dans Fish Dude est aussi simple que de faire le tour d'un bocal : on se déplace avec la croix directionnelle (on peut aller dans huit directions), on ouvre la bouche avec A, on appuie de manière répétée sur la touche pour mâcher le poisson qu'on vient de manger, et ce bouton sert également à gagner en vitesse en restant appuyer dessus. Quant au B, je n'en ai pas trouvé l'utilité, mais il aurait pu servir tout simplement pour accélérer plutôt que de n'utiliser qu'un seul bouton, ou pour faire un volte-face rapide, tant pis. Notez que pour échapper à ses ennemis marins, on peut également sauter au dessus de la surface de l'eau, mais on devient vulnérable aux ennemis qui se trouvent à la surface, comme les oiseaux ou les bateaux-chat.

La prise en main n'évoluera pas durant les différents niveaux du jeu, pas d'upgrade ou de nouvelles techniques à acquérir (déjà qu'on ne peut pas regagner de vie, fallait pas trop en demander). Ca aurait été sympathique qu'un upgrade pour ne pas rester bloqué sur un bout ou un coin de mur soit ajouté, car ça arrive très souvent dans les niveaux assez labyrinthiques du jeu, où les virages serrés et les passages étroits sont légions. Alors imaginez le nombre de vie qu'on perd à rester bloqué dans un coin pendant qu'un poisson plus gros nous poursuit...

 

Le but du jeu, plutôt que de parler d'histoire, consiste à suivre le cours de la chaîne alimentaire des océans. On commence avec un petit poisson qui mange d'encore plus petits poissons que lui, mais risque de se faire manger par un plus gros poisson. Une fois qu'il en a suffisamment mangé (tous les trois niveaux), il devient plus gros et peut manger de plus gros poissons ; mais il y aura toujours un poisson plus gros. Sauf dans le dernier niveau, où les poissons sont aussi gros que nous, et que c'est au premier qui mange l'autre ! Mais attention au plongeur qui rôde dans le coin et qui risque de capturer notre bestiole... Un concept assez sympathique et original, qui aurait peut-être pu être un peu plus poussé.


Ce qui vous fera le plus ragé, et vous fera abandonné très vite le jeu, c'est sa difficulté. Notre dude n'est pas très rapide, et les gros poisson sont assez intelligents. En plus d'apparaître parfois au dernier moment, du fait de la petite taille de l'écran de la console, assurant une mort rapide et douloureuse, ces grosses bestioles sont aussi rapides que vous, donc une petite halte inattendue sur un pixel de rocher ou un mouvement mal dosé et vous allez pouvoir pester que c'est la faute à la console. Sachant qu'on ne dispose que de deux vies pour tout le jeu, sans possibilité d'en regagner, la partie va être difficile. A noter que des mots de passe sont disponibles à partir du niveau 2-1, un moindre mal.

 

Le jeu dispose de deux loops, un premier "simple" et le second, identique au premier, dispose d'une difficulté plus élevée (si si, c'est possible de faire plus dur). Chaque loop est composé de trois niveaux coupés en trois parties, représentant les trois niveaux de taille du poisson. Ce qui nous donne un total de 18 niveaux, qui, sur le papier, peuvent se finir en une à deux minutes. Comptez donc une demi-heure si vous persévérez sur le jeu, et que vous ne vous faites pas manger par un gros poisson dans une petite mare...


Verdict : la chaîne alimentaire est une idée assez originale pour un jeu vidéo, mais c'est un milieu hostile et où la survie est difficile. Fish Dude va le comprendre à ses dépens.


bigvilo

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Gameboy chez notre partenaire 

Émulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/game_boy/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/nigb/Fish%2520Dude%2520%2528USA%2529/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad