Éditeur : Sega

Année : 1994

Support : Mega CD




Les années 80 et 90 nous ont amené dans les programmes télévisés pour enfants un mouvance qui continue et perdure encore aujourd'hui : non, je ne parle pas des mangas, mais des Super Sentaïs. Souvenez vous de Bioman, Maskman, Turboranger ou Jetman ! Alors même si ces héros parleront à beaucoup de trentas, voir de quadras, ceux qui tiennent encore la vedette aujourd'hui et qui parlent à tout le monde ne viennent pas du Pays du Soleil Levant comme les précédents que j'ai cité, mais d'Amérique du Nord. Je parle bien entendu des Power Rangers. En 1992, Haim Saban décide de faire connaître les sentaïs au monde entier (la France étant un peu en avance sur le reste de l'Occident)et décide de sortir les Power Rangers, une série reprenant les combats en costumes, de Mégazords (de robots géants) et les méchants, tout en rajoutant des scènes de comédies avec des acteurs américains bien souvent clichés. Le succès est immédiat un peu partout, et la série s'exporte même au Japon ! Au passage, on découvre des scènes de combats avec des images vieilles d'une dizaine d'années avec des images filmées plus propres, et que la Power Rangers jaune est assez bien bâtie de l'entre-jambe... Mais ça, c'est une autre histoire.

Comme toute chose qui cartonne un temps soit peu dans les années 90, une adaptation en jeu vidéo débarque. On a eu le droit à un jeu de combat plutôt correct sur Megadrive et Super NES, mais on a également eu le droit à une version exploitant le support CD de l'extension de la Megadrive, le Mega-CD, avec Mighty Morphin Power Rangers.


Mighty Morphin Power Rangers sur Mega-CD est un film interactif, un FMV, sorti en 1994. Dans cette aventure reprenant le scénario, le groupe d'adolescents va devoir se défaire d'un Power Rangers vert qui leur veut du mal, mais également de Rita Repulsa, une sorcière qui a été emprisonnée pendant 10000 ans, ainsi que ses sbires. On est donc clairement dans le scénario de la première saison des Power Rangers.


Le FMV, alias Full Motion Video, est encore en plein essor au milieu des années 90, certains croient toujours qu'il s'agit du futur du jeu vidéo, et le support CD du Mega-CD est l'un des rares supports consoles capable de supporter des vidéos compressées en MPEG. Mais c'est aussi le support le moins puissant (on rappelle que le MCD est à connecter sur la Megadrive), loin derrière la puissance d'une 3DO ou le CD-i et sa carte d'extension qui permet de lire les FMV dans de bonnes conditions, et bien loin des performances d'un ordinateur. Et ce Mighty Morphin en pâti un peu, avec une image qui pixélise beaucoup, et des couleurs assez ternes, qui cassent avec le coloris très flashy de la série américaine. Reste qu'après, il s'agit de vidéos directement prises de la série, et qu'on ne peut faire mieux pour être fidèle, mais aussi plus kitsch. Enfin, les commandes à effectuer s'affichent à l'écran sous forme d'éclair allant dans une direction pour l'utilisation des flèches, et les touches A, B et C qui s'affichent dans l'ordre de leur position pour éviter que les joueurs soient perdus et trouvent plus facilement sur quelle touche appuyée dans le feu de l'action.

 

Du fait du support CD, comme pour la vidéo, on peut espérer que le côté sonore soit un minimum de qualité. Comme pour les graphismes, on respecte totalement la série dont le jeu s'inspire : le générique "Go go ! Power Rangers !" toutes les trois minutes (le premier coup, avec le Mégazord, ça claque, mais à toutes les sauces...), les bruitages qui n'ont pas trop de rapport avec des bruits de coups de poing et de pied qu'on entendrait dans la vie réelle (ou même dans un film d'action classique) et un jeu d'acteur (toutes les voix sont en anglais) digne des pires sitcoms de la grande époque du groupe AB... Quand on avait moins de 8 ans, on ne faisait pas attention à tout ça, ça nous paraissait normal ; mais on se rend très vite compte de la piètre qualité aujourd'hui.


Les FMV ne sont pas réputés pour leur interactivité, bien qu'on les nomme des "films interactifs". On utilise toutes les touches de la manette bien sûr, pour interagir avec ce que l'on voit à l'écran (A, B, C ou les les flèches représentés par des éclairs). On a un certain laps de temps pour effectuer la commande inscrite à l'écran, avec plus ou moins de timing selon la difficulté choisie. On entendra un petit bruit si la manipulation est réussie, et on entend un bruit négatif et on verra l'écran bougé si on rate la manipulation ou si on appuie sur le mauvais bouton. Le joueur perd un peu de vie (qu'on peut voir dans la barre jaune en bas à droite de l'écran) à chaque raté, mais peut en récupérer au fur et à mesure du jeu, ça arrivera plus ou moins rapidement dans le temps selon la difficulté une nouvelle fois. Tant qu'il reste de la vie dans la barre, la vidéo continue ; mais si elle devient vide, la vidéo s'arrête, et si vous avez accumulé des continues en gagnant des points lors de vos parties (vous en gagnez à chaque fois que vous réussissez une commande, ou avec les points bonus de fin de niveau), vous pourrez recommencer le niveau. Mais si vous n'en avez pas... Ce sera le game over, il n'y a pas de système de sauvegarde dans le jeu (sauf pour les high scores pour ceux qui ont la cartouche de sauvegarde pour Mega CD).


L'histoire du jeu reprend le scénario de la première saison, avec la libération de Rita de sa prison lunaire, la formation par Zordon des Power Rangers, formés de jeunes adolescents d'Angel Grove. Ces derniers auront des soucis avec un Power Ranger vert, mais également avec Rita et Goldar dans les huit épisodes que composent le jeu. Le jeu reprenant directement des scènes de la série, le scénario reste très fidèle à la première partie de la première saison. Mais ça implique également l'actor studio des protagonistes... Amateurs de kitsch et de couleurs flashy, vous allez adorer !


Trois niveaux de difficulté pour ce jeu : beginner, intermediate et expert. Si le mode Beginner est assez laxiste et permet de progresser plutôt rapidement et aisément dans l'histoire, il faudra tout de même passer aux modes supérieurs, car l'histoire n'est complète qu'en terminant le mode Expert (il n'est d'ailleurs pas nécessaire de finir les autres modes pour le débloquer). Par contre, le temps d'action dans le mode Expert est très serré, presque comme pour un Dragon's Lair (j'exagère un peu, mais pas loin), et passer par au moins le mode Intermediate pour bien se faire au rythme du jeu. D'autant plus que les actions sont les mêmes d'une partie à une autre. Il faudra un peu d'entraînement pour tenir la dragée haute aux patrouilleurs en mode difficile.


Le jeu se finit rapidement, comptez environ 20-25 minutes pour les modes Beginner et Intermediate, mais 45 minutes voir une heure pour terminer l'histoire complète d'une traite. Cette durée de vie tient beaucoup à la présence de vidéos pour faire progresser l'histoire au début et à la fin des chapitres. Le dernier chapitre est très long en mode Expert comme vous pouvez le remarquer. Mais pour un jeu avec une interactivité réduite, 45 minutes c'est plutôt long car il faut être à l'affût et attendre assez souvent ; mais pour un jeu classique, c'est très peu...


Verdict : trop court, pas très beau et pas agréable : je ne parle pas de mon entrejambe mais de Mighty Morphin Power Rangers sur Mega CD. A oublier, même pour les fans.


bigvilo


Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Mega CD chez notre partenaire


Emulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/mega_cd/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/mega_cd/Mighty%2520Morphin%2520Power%2520Rangers%2520%2528E%2529/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad