Date de sortie française : Avril 1985 [Jap] / 1985 [Us]

Éditeur : Coreland / SEGA

Genre : Puzzle Game

Support : Arcade [System1]

Il est très rare que le jeu vidéo soit mélé à l'actualité et encore plus, à la politique. Je ne connais qu'un titre, qui en plus l'a traité avec humour et second degrés, il s'agit du méconnu I'm Sorry, titre de Coreland, commandé par SEGA. Les tribulations du premier ministre japonais de l'époque n'auront plus de secrets pour vous après la lecture de ce Retro Test. Pendant que j'y pense, I'm Sorry est le nom de la version américaine de ce titre, il s'agit d'un jeu de mot, "Sori" en japonais désignant le premier ministre.

 

I'm Sorry est un ovni, Coreland / Banpresto souhaitant se différencier des innombrables clones de PacMan, ils déciderent de traiter d'un sujet sensible à l'époque, l'avidité présumé et le goùt pour l'occident de leur premier ministre de l'époque [avec un certain nombre de viol de droit l'image au passage], Kakuei Tanaka. Connu comme le digne representant d'une vague de politiciens corrompus des années 70 au Japon, il est souvent comparé à Silvio Berlusconi par exemple. Une bonne idée ?

[RETRO TEST] I'm Sorry [RETRO TEST] I'm Sorry

Graphismes :

Colorés, simple et efficace, le System 1 de SEGA fait le boulot. Les animations sont drôles et réussies ... par exemple, quand un mafieux vous attrape, il vous donne des coup de fouet et le personnage revet une tenue SM. Original. Les niveaux au nombre de 32 sont des variantes de 4 "cartes", toutes liées au "héro", Kakuei Tanaka. De sa résidence avec ses parterres de tulipe, du club de sport où il entretient sa ligne, de son QG de campagne ou encore le parlement japonais. Chaque petit détail compte ici, c'est bien là l'une des principales singularités de I'm Sorry, quand on s'approche un peu plus, on y découvre beaucoup de chose, au dela du simple clone de "PacMan".

[RETRO TEST] I'm Sorry [RETRO TEST] I'm Sorry

Le casting des ennemis est assez cocace, Mickeal Jackson, Marylin Monroe, le catcheur Giant Baba ou encore le marathonien japonais Toshihiko Seko [confondu avec Carl Lewis]. Un casting 5 étoiles donc, histoire que Mr Tanaka ne se sente pas seul en tant que Star à l'égo surdimensionné. Les developpeurs se sont donc fait plaisir en négligeant les droits d'auteur et autre chose du genre. Une chose est sûre, I'm Sorry ne pourrait pas voir le jour aujourd'hui ...

Musiques :

Très classique, légère, elle anime le personnage qui se dandine toujours un peu en courant. Les bruitages eux sont classiques également, les sauts, coups de poing et autre bruit de pièce lorsque l'on récupère des lingos. Elles sont assez nombreuses pour ne pas sembler répétitives. Ce n'est pas le point qui distingue I'm Sorry de ses concurrents de l'époque.

Maniabilité / gameplay :

Très simple, on se déplace dans les 4 directions historiques. On peut sauter [par dessus un tonneau par exemple] mais aussi taper du poing comme Alex Kidd. Le coup de poing permet de repousser les ennemis, un coup pour la plupart, il n'y a que le catcheur qui necessite plus de coup pour être ejecter du décor. Ce coup permet également de casser des portes ou encore des vitrines pour en prendre le contenu ... Oui le premier ministre aime beaucoup l'argent au point de dévaliser les vitrines des magasins.

Une fois les lingos attrapés, il faut les ramener chez soi [batiment avec le IN à l'entrée] puis récuperer ceux qui restent. Evidemment plus on en ramène à la fois plus on a de points.

[RETRO TEST] I'm Sorry [RETRO TEST] I'm Sorry

Scénario :

Le titre n'a pas de scenario à proprement dit, vous êtes le premier ministre, vous devez récuperer de l'argent sous forme de lingot pour les ramener dans votre tanière. Il s'agit plus d'une analogie avec l'avidité, l'appat du gain, trait que prête les japonais à ce "héro", premier ministre de 1972 à 1974, Kakuei Tanaka.

Replay value :

Equivalente à celle d'un PacMan évolué, on s'y ennuie moins malgré tout, le gameplay est plus varié, les décors plus colorés et sympthique [au dela de la symbolique apportée]. On peut donc y revenir sans soucis, malgré la difficulté du titre, à l'ancienne diront certains.

[RETRO TEST] I'm Sorry [RETRO TEST] I'm Sorry

Anecdotes : 

  • Le jeu n'a pas eu beaucoup de succès dans les salles, malgré tout, la présence des stars américaines Mickeal Jackson et Marylin Monroe lui ont ouvert les portes des salles americaines.
  • Kakuei Tanaka est un sacré phénomène, il a obtenu 2 millions de dollars de la part de Lockeed pour la réussite d'un contrat d'achat d'avion de ligne par exemple.
  • Les developpeurs étaient si exasperés par Kakuei Tanaka qu'ils ont eu la motivation et l'envie nécessaire pour le mettre en scène dans ce jeu qui lui ai dédié.
  • Le jeu a été developpé par CoreLand, sous traitant de SEGA, cette société changera de nom et devint Banpresto, lors de son rachat par Bandai en 1989.

Conclusion :

Un excellent jeu qui, à l'image de son ancêtre PacMan, mettra vos reflexes et votre patience a rude epreuve ! La variété des situations, des décors et la "loufoquerie" et la satire politique de I'm Sorry en font un jeu à part dans le jeu vidéo. Un titre unique à connaitre et à faire connaitre, absolument.

Lenny

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu Sega System1 chez notre partenaire GameTronik !

Émulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/mame/

Roms : http://www.gametronik.com/site/fiche/mame/I%2527m%2520Sorry/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad