JeuxCollector : Retro Test

Date de sortie: 1999

Éditeur: Psikyo

Genre: danmaku

Support: NeoGeo MVS

Date de sortie française: 1989
Éditeur: SEGA
Genre: Plate-forme
Support: Master System

[RETRO TEST] Wonder Boy III : The Dragon’s Trap
 Quand on parle de la Master System et des meilleurs jeux ayant marqués les joueurs sur cette plate-forme, parmi tous ceux qui ressortent inlassablement se trouve Wonder Boy III: The Dragon’s trap.
 Original, beau, doté d’une difficulté savamment dosée, d’une bande son mémorable et inoubliable, ce jeu a tout pour lui. De plus, un système de sauvegarde de vos données vous permettait d’interrompre votre partie, ce qui à l’époque n’était pas monnaie courante.
[RETRO TEST] Wonder Boy III : The Dragon’s Trap
L’affrontement "final" de Wonder Boy II

Graphismes: 17/20

 Le jeu est beau, le design des personnages bien vu, les couleurs pas criardes pour un sou, bref c’est de la Master System, mais de très bon niveau. Mention spécial pour le design des boss qui lui par contre, laisse à désirer. C’est parfois très moche (1er boss affreux entre nous). Autrement, les mondes sont tous différents, sur un thème particulier et bien réalisés. On voyage…
[RETRO TEST] Wonder Boy III : The Dragon’s Trap
Hawk Man en route vers le grand final !
Musiques: 19/20

 Parce qu’il faut être objectif, je ne pouvais pas mettre 20/20. Alors je mets un petit 19 parce que bon sang! les musiques de ce jeu déboitent totalement. Tout le monde se souvient des mélodies de chaque niveau, entrainantes et parfaites pour chaque phase du jeu. 20 ans après, on s’en souvient toujours, on les chantonne même par mégarde…
 
Maniabilité/Gameplay: 18/20

 Le point fort de ce jeu, c’est l’originalité de son gameplay, qui à l’époque se démarquait des autres. Du fait de cette malédiction, vous allez, au fur et à mesure de votre aventure, être transformé en différent personnage. Ainsi, si vous débutez avec Lizard Man [après la phase humain (Hu-man) qui n’est qu’une introduction] qui, avouons-le, est très limité, vous incarnerez ensuite d’autre personnage aux caractéristiques uniques: une souris (Mouse Man), petite de taille mais qui peut marcher sur les murs damiers et ainsi marcher au plafond par exemple; l’homme lion (Lion Man), qui avec son épée donne des coups de manière circulaire, lui permettant de frapper au-dessus de lui, en face ainsi qu’en dessous de lui ; l’homme poisson (Piranha Man), qui respire et nage sous l’eau et enfin l’homme oiseau (Hawk Man), qui… vole. Chacune de leur aptitude leur permet d’accéder à un niveau qui leur est dédié et donc accessible uniquement grâce à leur compétence propre. Cela vous oblige, certes, à respecter un ordre précis pour faire le jeu (un poil linéaire donc), néanmoins cela offre une façon de jouer différente à chaque changement de personnage, évitant la lassitude.
De plus, arrivé vers la fin du jeu, vous vous verrez offrir la possibilité de pouvoir changer de personnage à volonté, pour être qui vous le souhaitez. Cela vous permettra d’arpenter le monde avec les différents personnages en quête de cœur à récupérer et d’armure à compléter pour devenir invincible (et vu la difficulté du jeu, c’est pas un luxe…)!
[RETRO TEST] Wonder Boy III : The Dragon’s Trap
Le marchand est un porc…
 A noter le côté RPG de ce jeu, atout majeur de ce dernier. Vous avez la possibilité de trouver des boutiques, ici et là, vous permettant d’acheter de l’équipement grâce à l’argent que vous accumulez en tuant des monstres ou trouvant des coffres à trésor. Ainsi vous pourrez acheter une nouvelle épée, armure, et un nouveau bouclier afin de vous endurcir et déterminer vos points d’attaque, de défense et de charme. A noter que ces 3 caractéristiques changent de par les objets en votre possession, mais aussi de votre forme. Ainsi certain personnage ont une attaque plus puissante mais une défense inférieure, et inversement.
 Concernant l’achat en boutique d’équipement, certaines armes ne sont accessibles que sous condition: il vous faudra des points de charme suffisant pour les débloquer et les acheter. Ces points de charme s’obtiennent en trouvant des gemmes ici et là (coffres ou monstres), d’où l’importance d’arpenter le jeu en long, large et travers et de tuer un max de monstres par moment, car l’argent seul ne vous suffira pas à obtenir l’équipement ultime. Vous avez également des armes « secondaires » que vous pouvez trouver au fur et à mesure du jeu faisant office de support (boule de feu, flèche etc).
 Enfin, sachez que si vous mourrez, petite chose amusante, une « roulette » vous permet de reprendre la partie avec, en bonus, une fiole de vie qui, lorsque vous perdez tous vos cœurs, vous restaure votre santé (représentée par un nombre de gros cœur qui s’accroit au fur et à mesure de l’aventure et des cœurs que vous trouvez, à la Zelda) de manière aléatoire (ça va d'un cœur qui se remplit à tous vos cœurs, question de chance…).
Bref, vous noterez que tout cela démontre toute la richesse de ce jeu.

Scénario: 16/20

 L’histoire est simple. Vous débutez le jeu à la fin de Wonder Boy II in Monster Land, dans le dernier passage où vous aller à la rencontre du Boss Final, le Dragon Mecha.
Après avoir battu ce dernier, vous voilà transformé en Lézard vert cracheur de feu (ou un dragon, c’est vous qui voyez, mais je tiens à préciser que ce bonhomme s’appelle Lizard-man… et que si le jeu lui s’appelle "Dragon’s trap" c’est parce que c’est un Dragon qui vous a maudit… donc… moi je dis, c’est un Lézard! Nomého…)! Ni une ni deux, vous vous sauvez du donjon qui s’effondre, et une fois arrivé dans le village le plus proche votre quête commence: trouver le moyen de lever cette malédiction afin de retrouver former humaine et pouvoir rentrer chez vous vous reposer (parce que oui, vous enchaînez Wonder Boy II et Wonder Boy III, vous êtes un peu fatigué et en rade d’Ovomaltine, donc il serait grand temps de prendre des vacances!!). Bref, vous voilà partie en quête de vous-même!
 
Replay Value: 18/20

 Il y a toujours beaucoup de plaisir à rejouer à des jeux d’aussi bonne facture. De plus, si à l’époque on avait réussi à le finir (et ce n’est pas une mince affaire), il est rare de l’avoir fait avec l’équipement ultime. Du coup, cela donne une bonne raison de refaire ce jeu dont on ne se lasse jamais. Et j’ai cru lire que pour les joueurs aguerris, il est possible de le finir en moins de 4h… Ça ne vous donne pas envie de vous y essayer histoire de voir ce que vous, vous êtes capable de faire ??

 
Conclusion: 16/20

 Peu objective, peut-être, mais Wonder Boy III : The Dragon’s Trap est un jeu que j’avais beaucoup aimé à l’époque sur ma Master System. Mais je ne l’ai réellement apprécié que bien plus tard, plus grande, quand j’ai pu mesurer toute la richesse de ce jeu. Je regrette que la licence n’ai pas été reprise pour nous offrir un nouveau Wonder Boy, pour les fans d’antan. Cependant, ce dernier est accessible sur la console virtuelle de la Wii…

 En tout cas il s’agit là d’un des meilleurs jeux (voir LE meilleur) que la Master System a eu la chance d’avoir, et si vous n’avez encore jamais testé ce dernier, je vous invite à réparer cette erreur immédiatement!
Zelle.D
Date de sortie française: 1989 (1994?)
Éditeur: SEGA
Genre: Sport (mini-jeux)
Support: SEGA Master System

Hey! Le soleil est haut dans le ciel! Tout un tas de jolies demoiselles sont en bikini sur la plage! (pour mesdames: je vous laisse trouver une analogie qui vous conviendra mieux ^^) Il est donc temps de montrer de quoi vous êtes capable!

L'été est pas encore là, mais cette compilation de mini-jeux sportif nous donnera un peu de soleil avant l'heure!

California games ecran titre

Bienvenue dans California Games, une compil' de 6 mini-jeux de sport, aussi classique que difficile!
Half Pipe: un jeu de Skate dans un half pipe où l'on doit faire des figures.
Foot Bag: un jeu de ballon où l'on doit jongler avec une petite balle.
Surfing: Un jeu de surf où l'on doit faire des figures et avoir la meilleur note.
Skating: un jeu de roller où l'on doit éviter les obstacles.
BMX: un jeu de BMX où l'on doit faire des figures et éviter les obstacles.
Flying Disk: un jeu où l'on doit lancer et rattraper un disque.

Graphismes: 13/20

Master System oblige... Le jeu est pas le plus beau, on notera quand même que les mini-jeux de BMX et de surf sont quand même bien joli. 
Note: comme tous les anciens jeux, votre écran 108cm Full HD 3D Dolby Digital ultra max TKT Y GR CVDT 5210 (ok, y’en a un peu trop… mais bon ^^) sera votre plus grand ennemi! L’utilisation d’un bon vieux tube cathodique ne fera pas de mal!

California games half pipe
La Position dans laquel je suis le plus souvent... Et vous ?
Musiques: 12/20

C'est répétitif mais ça fait son taff... Nous mettre dans l'ambiance.
La musique de l'écran titre est un remix 8bits de Louis Louis de The Kingsmen.
Malheureusement, la Master System n'a pas la musique d'écran titre mythique de la version Megadrive... Mais Louis Louis rend quand même drôlement bien en 8bits non?

California games flying disk
Je l'ai ! Je l'ai ! Ah non... Je l'ai pas...
Maniabilité: 12/20

Bon, déjà mettons les choses au clair... Selon le mini-jeu, la maniabilité va de "très facile à prendre en main" jusqu'à "MAIS C'EST QUOI CE %£¤ù DE JEU DE %µ$@"...
Le Roller, le BMX et le surf sont facile à prendre en main. Une fois qu'on a compris les hitbox du Foot bag pas de soucis... Mais Le lancer de disque et le Skate... au secours...

California games surf
Flipper est content, tu t'es vautré.
Scénario: -/20

Aucun. Sauf si devenir le N°1 aux High Score est un scénario.

California games roller skating
Il existe 6 éléments mortels dans cette image.... Les trouverez vous tous ?
Replay Value: 13/20

Assez variable selon le mini-jeu à mes yeux... Mais certains mini-jeux sont bien marrants à plusieurs pour se foutre de la gueule de ses potes. On notera que l'on peut jouer jusqu'à 8 ! L'inconvénient c'est que le multijoueur c'est du chacun son tour mais ça reste assez fun dans l'ensemble. 




Conclusion: 12/20

Ni le meilleur jeu, ni la meilleure version, cela reste la première version que j'ai connu et un des jeux auquel j'ai le plus joué avec mes potes étant petit. Il n'est ni extraordinaire ni inoubliable mais ça reste un bon petit jeu du passé qui fera son travail: nous amuser (et parfois nous énerver...).

ElNino

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Master System chez notre partenaire www.gametronik.com
Emulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/master_system/
Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/master_system/California%2520Games/

Date de sortie française : 1989
Éditeur: SEGA
Genre: Plates-formes
Support: Master System

Il est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… une époque où le jeu vidéo présentait un brin de challenge. Point de sauvegarde à tout va, de solution sur internet, d’astuce en cours de jeu ou d’aide à la réalisation d’un passage. Point de barre de vie permettant de se faire toucher 100 fois avant de voir la mort en face. Point de multitude de boutons, de combos, de techniques s’améliorant au fur et à mesure du jeu pour vous rendre quasi invincible à la fin.
Non, le jeu vidéo avant, c’était 3 vies, 2 boutons, et un jeu à finir dans la foulée. Pas de mot de passe pour revenir plus tard, pas de jauge de vie non plus, on est touché, on est mort, on recommence. C’était rageant. Mais qu’est-ce que c’était bon, et la satisfaction du jeu terminé, après tant d’effort, valait tous les jeux next gen d’aujourd’hui.
Je vous parlerai donc d’un jeu, un peu dur, pas trop non plus, mais quand même assez pour parfois vous faire rager, que j’affectionne particulièrement. Il s’agit de Psycho Fox.

[RETRO TEST] Psycho Fox

Psycho Fox est un jeu de plates-formes né sur la Master System. Pas vraiment d’histoire, juste que vous êtes le gentil renard (et certainement celui qui est «psycho» on verra l’hypothèse là-dessus par la suite) et que vous traversez 7 mondes différents pour botter les fesses d’un vilain renard à lunettes nommé «Mad Fox». Dès les premières minutes de jeu, vous aurez la possibilité de changer de personnages au fur et à mesure de l’aventure, pour ainsi incarner un singe, un tigre ou encore un hippopotame, chacun présentant ses propres caractéristiques de gameplay.
 
Graphismes: 18/20

Le jeu est beau, fin, coloré. Sûrement l’un des jeux les plus «doux» à regarder de nos jours, tournant sur Master System. En gros, si aujourd’hui on peut encore y jouer sans se crever les yeux, c’est que c’est loin d’être dégueulasse! Psycho Fox a même l’avantage d’être agréable à regarder. Le charadesign des personnages est plutôt mignon, les boss un peu étranges mais bien modélisés. On a droit à une mouche bionique, un bonhomme fait de pneu rouge (bibendum?), ou encore un énorme «tigre obèse» ressemblant à Garfield…

[RETRO TEST] Psycho Fox [RETRO TEST] Psycho Fox

Musiques: 13/20

Les musiques du jeu se marient bien avec chaque niveau, et même 20 ans après on ne les oublie pas, leur côté «guillerettes» marquent les esprits. Elles sont cependant peu nombreuses, 4 thèmes principaux si je ne m’abuse, et du coup on retrouve souvent les mêmes musiques, ce qui peut paraître lassant…

[RETRO TEST] Psycho Fox

Maniabilité/Gameplay: 17/20

Dans ce jeu, vous pouvez sauter et donner des coups de poings pour tuer vos ennemis. Vous pouvez aussi leur sauter dessus, entre 2 et 3 fois pour les enterrer vivant (charmant). Enfin, dans chaque niveau, vous aurez des œufs disséminés partout renfermant des surprises, des ennemis, parfois des bonus (bonus de «transformation», d’invincibilité, d’anéantissement de tous les ennemis sur l’écran, ou bonus permettant l’accès à un stage «bonus» où vous pouvez gagner d’autres items ou plus intéressant, des vies) ou mieux encore, un allié qui n’est autre qu’un petit piaf noir s’installant sur votre dos et que vous pouvez lancer allégrement sur vos ennemis pour leur crever les yeux.
Comme dit plus haut dans l’intro du jeu, celui-ci s’appelle Psycho Fox, parlant donc d’un Renard Psychotique…? En fait, le jeu devrait plutôt se nommer «Schizo Fox» car notre ami a plusieurs personnalités. Ainsi, vous pouvez incarner des personnages différents dans le jeu lorsque vous avez en votre possession un bonus de transformation, et chaque personnage répond à une maniabilité particulière.
Ainsi, le singe vous permet de sauter plus haut, mais s’avère plus lent. Le tigre permet de courir plus vite mais saute moins haut. Enfin, l’hippopotame, lent et ne sautant pas haut bien entendu, mais qui permet de casser certain mur et ainsi offrir la possibilité de prendre des passages particulier.
Psycho Fox lui est un juste milieu de tous ces personnages, le plus équilibré donc (à l’exception qu’il ne peut briser de mur).

[RETRO TEST] Psycho Fox

Ce gameplay rend le jeu intéressant. Cependant, il y a une ombre au tableau: l’inertie du personnage.
Il est lent à démarrer, comme avec des boulets aux pattes, on a l’impression qu’il… rame. Du coup si vous sautez avec peu d’élan, vous sauterez limite sur place. Et vous serez souvent victime de cette inertie, victime d’un saut qui ne se passera pas comme prévu, n’ira pas jusqu’à la plateforme désirée, vous faisant tombé fatalement – et lentement - dans le vide (et accessoirement dans l’eau…) ou vous mettant à la merci d’un ennemi que vous ne pourrez pas éviter, votre personnage étant trop lent esquiver la moindre attaque. Il faut donc un certain temps d’adaptation avant de se faire à cette appréciation de la gravité (on joue sur la lune voilà tout). Mais là encore, cela ajoute une réelle difficulté, croyez-moi…

[RETRO TEST] Psycho Fox
 
Scénario: -/20

Je ne mets pas de note, car à cette époque, point de vrai scénario. En gros, on sait juste que vous êtes le gentil renard, qu’il y a un méchant renard, et que vous allez lui botter les fesses. Pourquoi? Ca intéresse qui ça, sérieusement? En tout cas, à l’époque, personne!
 
Replay Value : 12/20

Une fois le jeu terminé, plus vraiment de raison d’y revenir. Ceci dit, on prend toujours plaisir à y jouer, et j’ai appris récemment qu’il existait des warps zone à la Mario dans ce jeu permettant d’accéder plus rapidement à la fin... Donc voilà qui montre que ces petits jeux peuvent avoir de la réserve, et cela donne envie d’y rejouer pour ma part ;)

[RETRO TEST] Psycho Fox

Conclusion: 16/20

Psycho Fox est un bon jeu de la Master System qui mérite d’être connu, et d’être joué, ne serait-ce que pour se mesurer à l’inertie si particulière de ce jeu.

Zelle
Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Master System chez notre partenaire www.gametronik.com
Emulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/master_system/
Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/master_system/Psycho%2520Fox/

Date de sortie française: 14 octobre 1999
Éditeur: Rage Software
Genre: Shoot'em up
Support: Sega Dreamcast  / PC Windows

David Vincent les a vus! LES ENVAHISSEURS SONT LA! Et en plus... Ils sont pas gentils du tout!
Bienvenue dans Incoming, Un shoot'em up futuriste qui vous permettra de contrôler un tas de véhicule.

alt

Graphismes: 18/20

On est en 1999! Et franchement, c'est beau, même maintenant, c'est encore vachement beau. Ok, le crénelage est bien présent, et la résolution est très faible...
Mais le jeu dispose tout de même de très jolis effets de brouillard et d'explosion.

alt
Le coup classique.... Le méchant ovni qui détruit votre Power UP juste devant vos yeux...
Musiques: 14/20

Globalement c'est pas mal. Les musiques et les bruitages collent à l'ambiance futuriste.
MAIS, l'alarme, quasi-constante, nous indiquant qu'un tir ennemi peut nous toucher est... lourde, extrêmement lourde...

alt
Avant d'obtenir L'éclair en arme secondaire... celle-ci est relativement inutile...
Maniabilité: 17/20

Si on omet le système de collision qui est.... très suspect parfois. La maniabilité est bonne, très simple de prise en main pour tous les véhicules SAUF les hélicoptères, qui utilisent les touches différemment...
Petite explication pour ceux qui comme moi auront beaucoup de mal au début à jouer avec les hélicos...
Les boutons "accélérer" et "freiner" pour les chasseurs de combat ou bombardiers deviendront... Monter ou descendre en altitude pour un hélicoptère...Pour avancer ou reculer avec un hélicoptère il faudra appuyer sur Haut ou Bas...

alt
Le mode Campagne nous permet d'être au volant d'un Tank.
Scénario: 10/20

Les missions des 2 Campagnes sont longues et pas facile du tout. Mais y'en a pas des masses... On l'oubliera donc très vite au profit du mode Arcade pour mater de l'E.T. pas gentil du tout à la pelle.

alt
La campagne nous permet aussi d'avoir, lors de certaines phases, un mini mode stratégie.
Replay Value: 14/20

Si vous aimez les jeux de shoot, et que vous accrochez à l'ambiance, et si vous êtes pas assez maso pour vouloir à tout prix jouer avec un hélico... (quoi ? Y'en a qui l'utilise ? Sérieusement ?)  Il fait parti des jeux qui seront très fun à rejouer.



Conclusion: 14/20
Ils sont là et il va falloir les mater... Armez vos lasers, préparer vos éclairs, allumez vos propulseurs et c'est parti!
Un bon jeu de tir, qui m'a beaucoup marqué, probablement à cause des hélicoptères ... décidément.
D'ailleurs ! Les voix françaises sont très bonnes dans la version Dreamcast!

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad