Éditeur : Electronic Arts

Année : 1994

Support : Megadrive


Les années 90, c'était bien quand on y repense... Pas pour tout ce qui était chiffre du chômage, déficit budgétaire, politique extérieure ou look vestimentaire. Non, je vous parle des jeux vidéo, là ça vous parle un peu plus hein... Quand on y repense : des prises de risques des éditeurs et des développeurs sur de nouvelles licences ou des titres en one shot, l'arcade au sommet, une guerre des consoles et des mascottes, des jeux sur cartouches...

 

Bref, la grande époque, où les jeux de plate-forme étaient légions, de qualité et proposant de bonnes idées. Enfin, la plupart du temps, car, comme à toute époque, il y a eu de mauvais représentants du genre. Bah oui, une console ne peut pas toujours proposer des jeux de qualité, notamment quand ils viennent d'éditeurs tiers qui veulent faire de l'argent à tout pris, par exemple avec une licence d'un film. Mais là, point de films ou de jeux alimentaires, mais un jeu de plate-forme dont se seraient bien passés les joueurs de Megadrive (et c'est ce qu'ils ont fait vu qu'il a été oublié par beaucoup) avec Normy's Beach Babe-O-Rama.


Normy's Beach Babe-O-Rama est un jeu d'action sorti sur Megadrive et édité par Electronic Arts. Dans ce jeu, vous incarnez Normy, qui passe des temps heureux sur une plage à jouer au volley avec des donzelles en bikini, jusqu'au moment où des extra-terrestres viennent tout gâcher, polluer la plage et enlèvent toutes les nanas de la plage. Il va falloir traverser presque une trentaine de niveaux dans différentes époques à l'aide d'une étrange lotion solaire qui permet de voyager dans le temps pour retrouver tout le fun et toutes les nanas de la plage.


Vous l'aurez remarqué avec le précédent screen (et ceux qui suivront), pour toute personne n'étant pas allergique à la Megadrive, Normy's est un jeu agréable à regarder, avec des graphismes un peu enfantins et quelques mimiques assez drôles, aussi bien de notre héros que de quelques ennemis. On passe de la Préhistoire à l'Angleterre médiévale, en passant par la Jungle du début du vingtième siècle et la Transylvanie digne d'un nanar des années 70 avant d'aller s'attaquer au vaisseau extra-terrestre, avec des traits d'humour reconnaissables bien entendu. Les animations sont également assez bonnes, toujours portées sur l'humour, comme quand on fait une chute un peu longue, une course avec les jambes qui "roulent" comme un Sonic de l'époque pour montrer que Normy va vite, un sourire mesquin en utilisant le pistolet avec le gant de boxe, des regards inquiets dans la jungle... On a même le droit à quelques références cinématographiques, notamment celle du film des Monty Python "Sacré Graal !" avec le Chevalier noir qui se fait démembrer à chaque fois qu'on le touche ! Quelques éléments viennent se greffer au fur et à mesure qu'on progresse dans les sous-niveaux pour les décors, sans en faire trop, rajoutant quelques éléments de gameplay. On sent qu'il y a eu un certain boulot derrière tout ça.

 

Pour ce qui est des musiques, elles ne resteront pas dans l'histoire, certaines étant assez agaçantes (comme celle du niveau extra-terrestre par exemple), d'autres plus sympathiques et agréables (comme celle en Angleterre). A noter que les musiques changent entre sous-niveaux, ce qui est assez agréables pour ne pas finir lessivé d'entendre encore et toujours certaines boucles pas très inspirées. Pour ce qui est des bruitages, on sent que la console n'est pas une foudre de guerre au niveau du rendu sonore, tout ou presque est extrêmement mauvais, à la limite du dérangeant pour l'oreille. Il n'y a que très rarement eu pire à ce niveau là sur la console...


Le cœur du jeu de Normy's Beach Babe-O-Rama est là : la prise en main et le gameplay qui en découle. Pour ce qui est de la configuration, on se déplace avec les flèches, A permet de courir, B de sauter et C d'attaquer avec l'arme qu'on possède (il est possible d'utiliser son arme en sautant, et de coupler la touche pour courir avec la flèche du bas pour glisser sous un obstacle), rien de bien particulier ni de quoi sauter au plafond avec ça. Mais le souci, c'est que notre héros en bermuda a tendance à marcher très lentement, comme si l'overdose de churros se faisait sentir depuis un petit moment, et quand il court, il va beaucoup trop vite, devant rapidement incontrôlable (provocant une grosse période de latence entre le moment où on veut s'arrêter et le moment où ça arrive) et faisant perdre pas mal de vies en tombant dans des trous ou en se faisant toucher par un ennemi qui passait par là, et il y a pas mal de passage dans les niveaux. Oui, mais on peut attaquer me direz vous. C'est vrai, sauf qu'on commence chaque niveau sans arme, même si on en avait une dans le précédent, que la puissance ne change pas vraiment entre les différents modèles proposés (que ce soit le pistolet avec le gant de boxe au bout, la tarte aux pommes ou le poulet plumé), demandant souvent de les utiliser plusieurs fois sur des ennemis qui n'ont pas l'air coriaces afin de les éliminer, et que leur détente est bien souvent ridicule, qu'il y a très peu d'arme de jet et que bien souvent, elles sont difficiles à utiliser correctement. A noter également qu'on ne peut cumuler les armes dans un inventaire, c'est une seule à la fois, et qu'elles sont assez peu variées à l'intérieur des niveaux (pas plus de deux sur un même monde en général). Manquerait-il de la place dans le caleçon de bain de notre vacanciers ?!

 

L'aventure de Normy est assez drôle et cocasse : un vacancier coule des jours heureux sur les bords d'une plage, jusqu'à ce que les naïades qui jouent beach volley devant lui se fassent enlever par une soucoupe volante et qu'un panneau annonçant l'arrivée prochaine d'une décharge le long de la mer viennent gâcher ces quelques instants de plaisir. Mais grâce à sa lotion solaire qui lui permet de voyager dans le temps, il va pouvoir retrouver les différentes joueuses qui ont été disséminées à plusieurs époques avant d'aller se venger des êtres venus d'ailleurs, en leur bottant les fesses dans leur propre vaisseau ! C'est assez tirer par les cheveux, ça permet de voir du pays (et des époques avec des décors n'ayant rien à voir entre eux) et c'est suffisamment second degré pour qu'on se plonge dans le jeu. Dommage que cette partie là du titre soit réussi, une meilleure mécanique de jeu aurait été la bienvenue, même si du coup on aurait abandonné la recherche des quelques nanas en bikini.


Le jeu n'est pas très facile, surtout lors des premières parties où les ennemis arrivent très vite à l'écran, qu'il faut apprendre à maîtriser la course et tant que l'apprentissage des différentes armes peu efficaces se fasse. Après quelques game over cuisants, on comprendra que les ennemis arrivent toujours au même moment, et on pourra commencer à apprendre les patterns. Sauf que les niveaux sont très longs, donc l'apprentissage le sera lui aussi. Les boss sont assez résistants, et il faudra bien souvent sacrifier une vie pour l'affronter avec sa vitalité au maximum, et accessoirement récupérer la meilleure arme contre celui-ci pour le finir sans tout perdre (car si vous, vous n'êtes pas puissant, lui l'est). On ne peut pas changer la difficulté du jeu, donc amateurs de défi, le jeu est fait pour vous ; amateurs de détente, passez votre chemin.

 

Le jeu se passe dans six époques différentes, chacune étant divisée en plusieurs sous-niveaux avec des checkpoints. Le boss de la Transylvanie est même un niveau à part entière, puisqu'il s'agit de l'affronter dans une partie de Pac-Man, puis dans un duel à Pong ! Comptez une dizaine de minutes environ pour finir une époque, sauf le dernier qui demandera bien une vingtaine de minutes en maîtrisant le jeu. Mais ne comptez pas finir le jeu en une heure aussi facilement, surtout qu'il faudra se battre pour maîtriser les derniers niveaux, le jeu ne disposant d'aucun système de sauvegarde ou de mot de passe. Aller, quand même, on peut utiliser des continues après avoir subi un game over ; heureusement, sinon la manette allait vraiment traverser l'écran après avoir été touché par une astéroïde alors que vous étiez en phase descendante d'un saut !


Verdict : sans être une hécatombe, Normy's Beach Babe-O-Rama est un jeu qui jouera avec vos nerfs, et peut-être avec votre patience aussi !

bigvilo


Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Megadrive chez notre partenaire 

Émulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/megadrive/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/nimd/Normy%2527s%2520Beach%2520Babe-O-Rama%2520%2528USA%252C%2520Europe%2529/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad