Éditeur : Activision

Année : 1988

Support : Atari VCS 2600



"Wow, qu'est-ce que c'est fort !" (à dire avec l'accent américain) Les plus anciens se souviendront de cette phrase que sortait George Eddy dans vos nuits blanches à regarder de la NBA sur Canal+ dans les années 2000. Et les plus vieux se rappelleront de cette phrase qu'ils ont sans doute dit maintes fois en découvrant un nouveau jeu dans la salle d'arcade du coin dans les 80's, tellement le jeu sur borne était à des années-lumière de ce qu'on pouvait voir à son domicile. Malheureusement (ou heureusement, c'est selon), l'arcade s'est fait rattraper par les consoles de salon depuis quelques temps déjà, et les salles se vident, voir se ferment, par manque de clients et de nouveaux jeux à la pointe de la technologie.

Mais revenons dans les années 80, avec les claques que nous mettaient les jeux sur borne, les uns après les autres. Il ne faut pas oublier qu'à une époque, une console ramassait une bonne partie des titres arcade (car distribuée par un géant de l'arcade à l'époque, et ayant un parc de console solidement installé) et les portait sur des cartouches possédant une mémoire qui ferait rire n'importe quel gosse de 9 ans, avec un rendu qui a dû faire pleurer du sang aux développeurs des PCB : l'Atari VCS. Et quand Double Dragon a débarqué dans les salles enfumées du monde entier, on pouvait forcément s'attendre à retrouver une adaptation de ce jeu sur la 2600.


Double Dragon est un beat'em up (ou beat'em all si on est français) adapté en 1988 sur Atari VCS 2600. Le but du jeu est le même, votre nana s'est faite attrapée par des voyous, vous devez partir à sa recherche et botter les fesses du chef de gang et de sa bande. Vos poings seront vos seuls amis contre tant d'ennemis. Enfin, tant d'ennemis...


L'éternel marronnier des graphismes de l'Atari 2600 revient à chaque jeu, et Double Dragon en fait à nouveau les frais. Et je ne vais pas parler de la comparaison avec la version arcade, c'est comme si on comparait un jeu de Lynx avec un jeu de Playstation 4. Non, je vais faire la comparaison avec les versions sur consoles 8-bits (comme la 2600), les versions NES et Master System elles-même sont à des années-lumière de cette version, aux décors plus qu'épurés et surtout avec des sprites de combattants digne du début de la décennie (faut dire que les graphismes des jeux sur cette console n'ont pas évolué depuis plus d'une dizaine d'années). Les mouvements et autres animations lors des attaques, aussi bien des ennemis que de notre héros (de toute façon, ce sont les mêmes avec un swap color) sont raides comme une cartouche de 2600 (si si, c'est possible). Enfin, le level design des niveaux est inexistant, on est sur du plat tout au long du jeu, avec quelques variations de couleurs pour dire qu'on passe à un nouveau plan, mais aucune verticalité (d'un côté, si on ne peut pas sauter...). On est dans le minimaliste, et continuez à enfoncer le jeu dans ce domaine reviendrait à enfoncer des portes ouvertes.

 

Et s'il y a bien un marronnier plus évident que celui des graphismes en ce qui concerne les jeux d'Atari 2600, c'est celui du son. On a eu l'habitude de bip bip limite indignes d'une Game & Watch et de certains de ses clones, poussant à jouer sans le son tellement c'était désagréable (je vous conseille de jouer à Pac-Man sur cette console et vous comprendrez très bien de quoi je parle). Même si un effort a été fait pour que cet amas de bips ressemble au thème principal du jeu qu'on connaît tous (et on arrive à le reconnaître, faut arrêter de faire la fine bouche), le rendu est tout de même affreux et indigne du thème devenu légendaire par tant de parties commencées. Quant aux bruitages des coups, ça ressemble fortement au bruit que faisait la balle quand elle rebondissait sur une raquette dans les Pong-like...


Le jeu tel qu'on le connaît (en version arcade ou sur les consoles de salon japonaises) nous a habitué à un gameplay simple et efficace, mais permettant de varier un peu les plaisirs. On donnait des coups de poing, de pied, des coups de pied sautés et on pouvait faire faire des enchaînements au corps-à-corps ! Mais point de tout ça ici, avec une manette ne comprenant qu'un seul bouton, on ne peut pas non plus faire des miracles. On se déplace bien sûr avec le stick, et le bouton permet d'attaquer. Les coups de poing et de pied changent un peu aléatoirement quand on attaque, mais la portée reste la même. On peut normalement donner des coups de pied sautés, en prenant un peu d'élan et appuyant sur la touche d'action, mais c'est assez difficile à exécuter (par contre, les ennemis n'ont aucun mal à les exécuter).

Les phases de jeu se résument à des plans fixes, où on affronte deux ennemis en même temps, et il faut abattre les deux pour passer automatiquement à la seconde. Ne vous affolez pas (aux premiers abords) : le script de mouvements des ennemis est le même que dans les autres jeux, à savoir que les ennemis iront droit devant eux jusqu'à arriver à votre niveau vertical, donc si vous vous trouvez au dessus d'eux, ils ne monteront pas, car ils sont à votre niveau. Vous aurez tout le temps pour aligner les ennemis un par un. Sauf que dans la pratique c'est moins évident, car il faut attendre qu'ils s'approchent suffisament de vous pour les toucher (normal), mais si vous anticipez un peu trop, il reculera, et il faudra recommencer. Mais si vous attendez trop, il attaquera et sera la plupart du temps prioritaire sur vos attaques, et quand l'ennemi commence à vous enchaîner, vous allez perdre facilement trois unités de vie sans avoir pu vous défendre (deux coups quand vous êtes encore debout, puis un coup de sauté au moment où vous vous relevez après avoir été à terre). C'est assez rageant, car en général deux combos suffisent à vous faire perdre une vie...

 

Pour ce qui est de l'histoire, classique d'un beat', minimale et tout juste suffisante pour justifier des affrontements et des règlements de compte au poing. On part sur le même principe sur cette version,donc en théorie on ne devrait pas avoir grand chose à redire. Sauf que si : il n'y a pas le fameux passage où la nana du héros se fait enlever, ni non plus l'apparition de la voiture rouge qu'on recroisera plus tard dans Road Blaster/Avenger. Et ça a marqué pas mal de monde cette sortie du garage, c'est un gros oublié de la part des développeurs.


Contrairement à pas mal de jeux d'arcade convertis sur la console d'Atari, Double Dragon est assez difficile. Même une fois passée la découverte de l'IA qui fonce droit devant elle jusqu'à atteindre votre niveau sur l'axe Y mais pas sur l'axe X (donc en clair, ils ne feront pas l'effort de remonter l'écran pour venir à votre niveau), ce qui fait qu'ils attendront bêtement au milieu de l'écran, on découvre un Double Dragon plus difficile et moins jouable que les autres versions. On dispose de trois vies comprenant une barre de santé de cinq unités, qui baisseront assez vite puisque chaque coup vous en fera perdre un, et qu'en général on en perd par paire. Réussir à battre les deux premiers ennemis du jeu, sur le premier plan d'action du jeu, sera déjà un exploit pour celui qui arrivait la fleur au fusil. Et une fois les trois vies perdues, c'est game over, on recommence du début, autant dire que chaque touche est sacrée.

 

Chose également incroyable pour cette version, le jeu est plutôt long pour l'époque, et fait peut-être partie des dix jeux les plus longs à finir sur la console, puisqu'il faudra compter au moins une demi-heure pour en voir le bout, comme la version arcade ! En sachant en plus qu'il faudra recommencer pas mal de fois avant d'arriver au boss final, qu'il y a plusieurs modes de jeu (jeu en solo, en coop ou affrontement en face-à-face avec un autre joueur), les déterminés auront quelques heures de jeu devant eux, sauf s'ils perdent l'usage de la vue en voyant ce que donne le sprite du boss final...


Verdict : version du plus pauvre de Double Dragon, cette version Atari 2600 ne vaut même pas un simple lézard...


bigvilo


Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Atari 2600 chez notre partenaire

Emulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/atari_2600/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/atari_2600/Double%2520Dragon/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad