Date de sortie française: 17 décembre 1999

Éditeur: Nintendo

Genre: combat

Support: Nintendo 64

Il fut un temps où tous les fans de Nintendo rêvaient secrètement d'un seul et unique jeu où tous les grands noms de l'éditeur seraient réunis pour savoir lequel est le meilleur. Et bien il aura fallu attendre fin 1999 sur la console 64-bits de Nintendo pour enfin voir arriver la Graal, avec Super Smash Bros.

Petit briefing vite fait: tapez sur tout ce qui bouge sans se faire balancer dans le vide! On ne fait pas plus simple, ensuite il va falloir jouer avec l'environnement parfois changeant, les objets, votre pourcentage de dégâts et un soupçon de chance.

Graphismes: 14/20

On est rôdé sur la N64. De la 3D un peu taillée à la hache, mais tous les persos, environnements ou encore objets sont bien reconnaissables. Les couleurs sont vives, bien choisies et donnent un côté enfantin et accessible au jeu. On est bien devant un jeu made in Nintendo quoi! On ira pas dire que c'est beau comme un Majora's Mask (surtout quand on voit la tête de Link), mais ça reste appréciable et ça ne pique pas trop (sauf peut-être l'équipe polygone, vraiment moche...).

Musiques: 17/20

Haut fait, la Nintendo 64 nous sort des musiques dignes de pistes MP3 d'une compilation des musiques célèbres de chez Big N, avec les thèmes de Zelda, Mario, Kirby... Bref, des musiques emblématiques qu'on reconnaît à la première note. Les voix et autres bruitages sont très sympa, notamment les bruits du public qui scandera votre nom (ou celui de votre adversaire) en fonction du match, et aura même des cris d'étonnements en fonction des coups ou des retours inespérés dans la zone de combat!

Maniabilité: 13/20

On le sait, la manette en M n'est vraiment pas la meilleure pour ce qui est des jeux de combat, surtout si on est forcé de jouer avec le stick analogique. C'est encore une fois le cas ici, même si les touches sont simplifiées presque au maximum (on bouge et saute avec le stick, A et B pour les attaques, les gâchettes pour saisir ou se défendre). Il vous faudra un petit temps d'adaptation pour réellement maîtriser la bête, notamment les Smash qui ne sortent pas automatiquement lorsque l'on veut les exécuter.


Scénario: -/20

Décidément, sur JCF, on a l'art de faire des tests de jeux sans scénario! Ici, le seul but est de passer les différents combats et épreuves qui parsèment votre route pour arriver jusqu'au combat final contre la Créa-Main.

Replay value: 19/20

8 persos jouables dès le début, une zone de combat et 4 autres persos à débloquer, jouable à 4 chacun pour soi ou en équipe, différents modes de jeux, du fun et du rire à gogo, un mode arcade sympa bien que répétitif... Vous avez tout ce qu'il faut pour jouer quelques minutes ou des weeks end entier à ce super jeu de combat/mélée, surtout qu'il change totalement par rapport à ce qui s'était fait avant dans le domaine du combat sur consoles. Bien entendu, c'est à 4 joueurs qu'il prend tout son charme et son intérêt.

Conclusion: 15,75/20

Une véritable réussite de la Nintendo 64, l'exemple même du jeu addictif et indispensable pour les sessions en multijoueurs. Si vous ne connaissez/possédez pas Super Smash Bros sur votre N64, foncez vite l'acheter, il fait parti des must have du support!

bigvilo

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur Nintendo 64 chez notre partenaire www.gametronik.com
Emulateur:  http://www.gametronik.com/site/emulation/n64/
Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/niN64/Super%2520Smash%2520Bros.%2520%2528Europe%2529%2520%2528En%252CFr%252CDe%2529/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad