Éditeur : Atari

Année : 1990

Support : arcade



Il y a beaucoup trop de sport mal aimés de nos jours, et pour des raisons injustes. Par exemple, le curling (arrêtez de rire au fond) est une discipline intéressante, complexe et chargée de règles plus élaborées qu'on ne le pense. Et je ne vous parle pas de l'ultimate, le ballon de poing ou encore le javelot tir sur cible.

C'est bon, vous avez fini de rire ? Je vais vous parler aujourd'hui d'un sport champêtre qui est assez peu connu chez nous, et pour cause, il est peut-être plus fait pour nos amis yankees qui le préfèrent à notre pétanque en terme de jeu provincial : le lancer de fer à cheval. Pour ceux qui ne connaissent pas ce sport, il suffit de lancer un fer cheval sur un piquet, ou de s'en approcher le plus possible pour marquer des points. Au début des années 90, Atari a eu une idée qu'on pourrait qualifier de géniale ou presque, en sortant Shuuz en arcade, un jeu basé sur le lancer de fer à cheval, pour le meilleur et surtout pour le pire...


Shuuz est un jeu d'arcade basé sur le lancer de fer à cheval sorti en 1990 sur borne. Vous pouvez jouer seul ou jusqu'à quatre avec vos amis pour savoir qui arrivera à atteindre les quinze points avant la fin des six rounds d'une partie, ou chaque joueur doit lancer deux fers.


En 1990, l'arcade était reine, même si les consoles 16-bits commençaient à faire de l'ombre aux bornes. Cependant, Shuuz ne révolutionne rien et ne fait pas de grandes différences avec un jeu sorti sur consoles de salon à cette époque. Certes, c'est coloré, on peut voir quelques détails rigolos sur la campagne (un moulin en fond d'aire de jeu, une poule qui passe dans le coin et traverse la zone sablonneuse...), mais ce n'est pas vraiment beau (suffit de voir les têtes des joueurs dans l'écran de sélection...), les animations sont au rabais (les personnages glissent pour se déplacer!) et rien ou presque ne sauve la mise, allant du mauvais au moyen pour ce qui est à peu prêt le mieux (à savoir les zones sur la zone proche du piquet lors de vos lancers). Si on joue à Shuuz, ce n'est clairement pas pour son réalisme graphique, ou alors il faut vraiment avoir quelque chose dans les yeux.

 

L'ambiance sonore n'est pas folle. On pouvait s'attendre à des parties rythmées au son d'une petite mandoline ou d'un violon version cow-boy et Texas, comme si on se trouvait à Frontierland à Disneyland. Et bien... non, je ne vais pas être mauvaise langue, les menus (ainsi que le tableau de fin de partie) disposent de musiques dans le genre, mais les parties sont d'un vide sidéral. Aucune musique durant le jeu proprement dit, des bruitages à peine perceptibles (juste quand le fer tape le bois, le piquet ou quand le lanceur se congratule à la suite d'un lancer parfait), et c'est tout. On est vraiment sur du strict minimum, ou plutôt de la limite du néant. C'est dommage, car la bande-son du jeu, si elle collait bien au sport, aurait pu être le point fort du jeu.


La prise en main du jeu reste une énigme pour moi. Il n'est pas difficile de comprendre que la trackball sert à positionner son joueur sur l'aire de jeu, et que ça peut également servir pour mettre de l'effet lors de l'envoi. Mais pour les deux boutons, c'est plus compliqué. Les deux boutons servent à tirer, le premier peut permettre de doser un lancer assez droit, le second permet de lancer en cloche. Ca paraît simple comme ça, sauf que, pour commencer le dosage reste un mystère. Si on appuie simplement sur le premier bouton, le lancer est assez aléatoire, pouvant être court comme trop long ; on peut le doser avec la jauge qui se trouvent en bas à droite de l'écran, mais une fois activée, je n'ai pas trouvé le moyen de la stopper là où on s'arrête, on est obligé d'aller au maximum pour que le tir s'enclenche, et si on attend le tir alors qu'on a bien dosé son tir, on se retrouve avec un tir lent qui n'atteint pas la zone sablée. Pour le tir en cloche, pas de dosage à ma connaissance, en général ça sert plus à assurer un coup en allant taper sur le bois et en espérant un retour dans la zone à point. Difficile de gagner dans ces conditions.

Pour ce qui est du système de points, on gagne un point si on a un fer dans le cercle se trouvant autour du piquet, et trois points par fer envoyé sur le piquet ; bien entendu, on ne gagne pas de point, même si on est le plus proche, lorsque les fers sont en dehors du cercle. Le gagnant est le premier à atteindre 15 points, d'abord en six rounds, ou en six rounds supplémentaires si on met un crédit supplémentaire. Les règles sont simples, c'est tant mieux d'ailleurs !

 

Je ne vous fais pas de dessin, dans ce genre de jeu, pas d'histoire, le but est simplement de gagner son ou ses adversaires en faisant le plus de point. Plusieurs modes de jeu se proposent à vous : un face-à-face avec l'ordinateur dans un match simple, un challenge de high score (faire le plus de points en six manches) et trois modes multijoueur avec vos amis. Mais on ne fait qu'un match à la fois, pas de vrai mode arcade où tant qu'on gagne, on joue, et c'est bien dommage. Le jeu fait un peu office d'avale-pièce dans ce cas là.


Du fait de ce problème au niveau de la prise en main, gagner un match est difficile, surtout que l'IA est assez coriace, même si elle ne met pas toujours le fer au piquet ! Arriver à quinze points au bout de six rounds n'est pas aisé, l'adversaire n'y arrive pas toujours d'ailleurs. Mais c'est sans doute un coup de main à prendre, et le mode High Score est idéal pour ça, histoire de gagner la machine et les potes qui s'essayeront au jeu.

 

Rester sur Shuuz est un exploit en soi. Tout d'abord, parce qu'il n'y a pas vraiment de mode Arcade, qu'on ne fait qu'un match à la fois et que l'intérêt du titre est finalement assez limité si dans le groupe de potes il n'y a pas un gars véritablement motivé pour faire du lancer de fer à cheval virtuel. Malgré tout, le titre essaye de nous garder pour quelques sessions vu qu'on peut jouer, seul, à deux, à trois ou à quatre, bien entendu en mettant une pièce pour chaque joueur, sinon c'est pas drôle.


Verdict : Shuuz est uniquement destiné à ceux qui n'ont pas compris qu'avec un piquet en fer et un un fer à cheval, on peut joueur gratuitement au même jeu dans la vraie vie sans se ruiner. Ou pour les citadins qui veulent se prendre pour des cowboys du dimanche.

bigvilo

Retrouvez l'émulateur et la rom du jeu sur arcade chez notre partenaire

Émulateur: http://www.gametronik.com/site/emulation/mame/

Rom: http://www.gametronik.com/site/fiche/mame/Shuuz/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

jeux collector retrogaming collection jeu jeux video collectionneur musée sega nintendo sony atari microsoft lenny shintracteur vaergas collector import Sony Playstation 3 (PS3), Playstation 2 (PS2), PSP, PSone - Nintendo Wii / Revolution, DS Lite, DS, Gamecube, Nintendo 64, Game Boy Advance SP, GBA, Gameboy, SNES Microsoft Xbox, Xbox 360 (X360), Windows Vista, Windows XP - Sega Dreamcast, Saturn, Master System, Game Gear - N-Gage QD, Neo Geo, GP32, GP2X, Gizmondo, Atari, Amiga, Amstrad